top of page
  • Photo du rédacteurLang Olivier

Résultats de l'enquête CPME : conjoncture économique, inflation, prix de l’énergie



La CPME publie les résultats de l’enquête qu’elle a mené auprès de 1528 dirigeants de TPE-PME du 5 au 23 avril 2023, pour évaluer la santé économique des entreprises. Les chiffres sont sans appel. Les prévisions pour 2023 font apparaître une situation moins favorable qu’en 2022.


En ce premier semestre, 33% des dirigeants observent une dégradation de la situation globale de leur entreprise (+7% par rapport à 2022). 36% des chefs d'entreprise font état d'une diminution de leur chiffre d'affaires et 45% constatent une baisse de la trésorerie. L'inflation, apparue soudainement en 2022, atteint des sommets et impacte 91% des dirigeants qui constatent une hausse des prix de leurs fournisseurs. 50% d’entre eux indiquent qu’elle a eu pour effet d’accroître le prix de revient de plus de 10% et plus de la moitié (54%) des chefs d'entreprise qui répercutent cette hausse, subissent une baisse des ventes.

La crise de l'énergie continue de frapper les TPE-PME de plein fouet. 70% des chefs d'entreprise interrogés déclarent que la flambée des prix a des conséquences négatives pour leur trésorerie voire néfastes pour 6% d'entre eux, qui envisagent un arrêt définitif de leur activité. La reprise à la hausse du nombre de défaillances trouve sans doute, pour partie, son explication ici.

Pour réduire leur consommation énergétique, seules 28% des entreprises envisagent de réaliser des investissements en ce sens, par manque d'accompagnement financier, entre autres.

Enfin, il est à noter que les mesures liées à la transition écologique ne sont pas sans conséquence pour les TPE-PME. Ainsi pour 20% des chefs d'entreprise affirmant être impactés par la mise en place des ZFE-m, 41% pensent renoncer à des marchés dans ce périmètre et 37% augmenteront leurs prix pour compenser les coûts engendrés par l'accès à ces zones.

Si 40% des dirigeants interrogés disposent d’un véhicule électrique ou hybride ou souhaitent en faire l’acquisition d'ici 2024, les tarifs des véhicules électriques et une autonomie considérée comme insuffisante restent les principaux freins pour ceux qui ne pensent pas en acquérir prochainement.

Comments


bottom of page